Jonglerie et formation professionnelle

Préambule

Le but de ce dossier est de dresser un panorama des parcours possibles permettant de s’engager dans une carrière professionnelle en jonglerie.
Les infos contenues dans ce dossier sont le fruit de recherches sur internet et de prises de renseignements auprès de professionnels ou étudiants en fin d’année 2014. Merci à eux pour avoir accepté de partager leurs expériences !
Si vous constatez des erreurs ou omissions, ou si plus simplement vous avez envie d’apporter des informations complémentaires, n’hésitez pas, que ce soit via les commentaires en fin d’article, par mail, ou via le questionnaire en ligne.

SOMMAIRE

Jongleur, un métier ?

Liste des écoles :
Arc-en-Cirque
Centre des Arts du cirque Balthazar
Ecole de cirque de Bordeaux
Enacr – Cnac
Académie Fratellini
Ecole du cirque Jules Verne
Lido
Lomme
Ecole de cirque de Lyon
Piste d’azur

Témoignages de jongleurs en cours de formation

En parallèle

Devenir pro sans formation

Changement d’orientation

Témoignages

Carte de localisation des écoles

Jongleur, un métier ?

La jonglerie est, pour la plupart des pratiquants, un loisir, souvent une passion. Parfois les plus passionnés envisagent d’en faire leur métier. Mais il n’est pas toujours simple de savoir comment y parvenir, de faire les bons choix. Le but de ce dossier est d’essayer d’aider ceux qui veulent s’engager dans cette voie, mais il ne pourra donner que des pistes, vu qu’il n’existe pas de « parcours-type ». Il n’existe pas non plus de « métier-type » en jonglerie, il sera surtout question ici du métier d’artiste jongleur, mais ce n’est qu’une facette des possibilités permettant de faire son métier avec cette discipline. Il existe pour l’instant une douzaine d’établissements en France proposant des formations professionnelles aux arts du cirque, dont la jonglerie fait partie. Quand un jongleur entre en scène, que ce soit dans un théâtre ou dans la rue, il est un personnage avant tout. Le jonglage se nourrit et s’enrichit  par la danse, le théâtre, la musique, et beaucoup d’autres disciplines circassiennes et artistiques. Ce sont toutes ces disciplines annexes qui vont aussi être enseignées par les écoles au cours du cursus de formation, mais aussi la présence scénique, l’écriture, etc.

Il faut distinguer 2 types d’écoles : les centre de formation professionnels et les écoles supérieures (qui donnent accès à un diplôme en fin d’études). Certains centre de formation proposent un cursus préparatoire à l’entrée dans une école supérieure. Mais il suffit d’interroger quelques jongleurs professionnels pour s’apercevoir que rien n’est figé… Certains font une année dans une école préparatoire, puis 2 ans dans une autre, et deviennent professionnels, d’autres s’arrêtent en cours de route, d’autres encore cumulent plusieurs années dans plusieurs écoles sans forcément suivre de règle logique… sans parler du nombre important de professionnels qui n’ont pas suivi de formation !

Un grand nombre d’école est agrée par la FFEC (Fédération française des écoles de cirque). Pour être agrée, l’école doit répondre un cahier des charges précis. Ce qui ne veut pas dire que les écoles qui ne sont pas agrées ne remplissent pas ces mêmes impératifs de compétences. Il faut savoir que pour artiste de cirque, sortir d’une école agrée ou non ne change rien ou pas grand chose pour la suite de la carrière professionnelle. La réussite dépendra avant tout des compétences acquises, et aussi du réseau que l’on aura tissé tout au long de sa formation.

Liste des écoles

 

ARC-EN-CIRQUE

(Informations indicatives, en attente de validation de la part de l’établissement)

Cet établissement propose 2 formations :

1 – FORMATION TECHNIQUE ET ARTISTIQUE PROFESSIONNELLE

« En 1ère année, le stagiaire renforce ses acquis techniques et artistiques et détermine son projet de création. Il présente régulièrement dans l’année l’évolution de son travail à un public. En 2ème année, le stagiaire précise et met en oeuvre un processus de création, qu’il présente en public à diverses occasions de l’année, dans des conditions professionnelles de spectacle. En 3ème année, le stagiaire finalise son projet personnel de recherche et de création et concrétise son immersion professionnelle. »

DURÉE : 3 ans

CONDITIONS D’ADMISSION : 18 ans minimum. Le candidat doit avoir défini son projet de création et la technique liée.
Pas de diplômes exigé, mais une forte motivation et préparation physique nécessaire.
La sélection se fait en 3 étapes successives :
– 1 : Envoi d’un dossier de candidature (frais de dossier 25€)
– 2 : Présélection technique et artistique (présentation d’un numéro de 4 à 6 minutes) (coût 50€)
– 3 : Stage de sélection de 3 jours (coût 210 €)

COÛT ET FINANCEMENT ÉVENTUEL : « La formation est prise en charge par la Région Rhône Alpes pour les candidats âgés de 18 à 25 ans. Les candidats retenus, français ou européens, bénéficieront du statut de stagiaire de la formation professionnelle, et toucheront à ce titre une rémunération variant selon l’âge et l’expérience professionnelle. Les frais de la vie quotidienne (hébergement, nourriture…) sont à la charge des candidats. »

Plus d’infos dans le dossier d’admission.

 

2 – FORMATION PRÉPARATOIRE AUX CONCOURS

 « La préparation aux concours des écoles supérieures : un projet de formation pré professionnelle, technique et artistique, en un an. Les candidats choisissent les écoles supérieures qu’ils souhaitent intégrer. Leur formation est conçue en fonction des pré-requis connus de ces écoles et du niveau de départ du stagiaire. Plusieurs modules sont communs avec celui de la première année de formation artistique. Une option pédagogique peut être proposée au sein de la formation et permettre éventuellement au candidat de se présenter à l’examen du Brevet d’Initiateur aux Arts du Cirque délivré par la Fédération Française des Ecoles de Cirque. »

Durée : 2 ans

CONDITIONS D’ADMISSION : Avoir entre 16 et 22 ans et être titulaire du BEPC ou du BAC selon l’école visée.
La sélection se fait en 3 étapes successives :
– 1 : Envoi d’un dossier de candidature (frais de dossier 25€)
– 2 : Présélection via une évaluation des acquisitions en préparation physique générale, acrobatiques et artistiques. (coût 50€)
– 3 : Stage de sélection de 3 jours (coût 210 €)

COÛT ET FINANCEMENT ÉVENTUEL : « La formation est prise en charge par la Région Rhône Alpes. Les frais de la vie quotidienne (hébergement, nourriture, santé…) sont à la charge des candidats. Les candidats retenus, français ou européens, bénéficieront du statut de stagiaire de la formation professionnelle non rémunéré. »

Plus d’infos dans le dossier d’admission.

Habilitée par la Fédération Française des Ecoles de Cirque (FFEC) comme centre de formation professionnelle et adhérente à la Fédération Européenne des Ecoles de Cirque (FEDEC).

Située à Chambery.
Site internet de l’école.

 

CENTRE DES ARTS DU CIRQUE BALTHAZAR

(Informations validées par l’établissement)

FORMATION « ARTISTE DE CIRQUE ET DU MOUVEMENT »

« Objectif de la formation : Spécialisation permettant d’acquérir les compétences nécessaires aux métiers des arts du cirque. Il s’agit de faire un parcours permettant de se perfectionner techniquement, d’approfondir une recherche artistique et d’accompagner l’expression du jeune artiste engagé dans un processus de création en vue d’obtenir la certification professionnelle « Artiste de cirque et du mouvement » (certification de niveau III inscrite au RNCP) et de se préparer à passer des auditions ou des sélections. »

DURÉE : 2 ans

ANNÉE DE PRÉPARATION

« Objectif de la formation : Préparation aux concours d’entrée en école d’art : Ecole supérieure ou professionnelle, dont la formation certifiante « Artiste de cirque et du mouvement ». Il s’agit d’acquérir et d’entretenir une excellente condition physique, de développer et perfectionner les acquisitions techniques ainsi que le potentiel créatif des stagiaires autour d’une recherche sur le mouvement et ses expressions, en vue d’une sélection. »

FORMATEUR POUR LA JONGLERIE : « Nous n’avons pas de formateur permanent, mais embauchons des artistes-formateurs ponctuellement pour donner les cours de jonglerie. »

CONDITIONS D’ADMISSION : pré-sélection sur dossier, puis 2 journées de sélections avec des ateliers d’Acrobatie, Trampoline, Equilibre, Préparation physique, souplesse, Danse, Jeu d’acteur, Techniques de cirque et un Entretien.

COÛT ET FINANCEMENT ÉVENTUEL : Certains élèves peuvent être pris en charge par la Région languedoc-Roussillon (sous certaines conditions). Pour les autres, le cout annuel de la formation est de 2600 €.

NOMBRE D’ÉLÈVES CHAQUE ANNÉE : Entre 22 et 25. « Nous recevons chaque année environ 100 dossiers de candidature, nous recevons environ 45 candidats lors des journées de sélections, pour 22 à 25 places au final. »

Habilitée par la Fédération Française des Ecoles de Cirque (FFEC) comme centre de formation professionnelle et adhérente à la Fédération Européenne des Ecoles de Cirque (FEDEC).

Site internet de l’école.
Situé à Montpellier.

 

BORDEAUX

(Informations validées par l’établissement)

FORMATION PROFESSIONNELLE D’ARTISTE DE CIRQUE

« A l’issue de la formation, les stagiaires pourront présenter les concours d’écoles supérieures, entrer en formation artistique complémentaire, démarrer leur vie professionnelle ou être accompagner par l’Ecole de cirque de Bordeaux dans leur insertion professionnelle.»

DURÉE : 2 ans

CONDITIONS D’ADMISSION : de 18 à 24 ans.
La sélection se fait en 2 temps :
– 1 : Présentation d’un dossier de candidature
– 2 : Convocation à 1 journée de sélection courant mai

COÛT ET FINANCEMENT ÉVENTUEL : « Le coût annuel à la charge du stagiaire est de 2 550 € (aides et rémunérations possibles à étudier selon la situation personnelle de chacun) »

EFFECTIF PAR PROMOTION : 15.

RÉFÉRENT MANIPULATION D’OBJETS : Sylvestre Dewa
Interventions de Priam Pierret et Bastien Dugas, et autres intervenants extérieurs.

Plus d’infos dans le dossier de présentation : FP – Presentation 15-17

Quelques jongleurs passés par cette école : Dorian Thevenet, Maxime Sales…

Adhérente à la Fédération Européenne des Ecoles de Cirque (FEDEC).

Site internet de l’école.
Situé à Bordeaux.

Vidéo réalisée par Tom Lacoste, stagiaire de la promotion 2011-2013 de la Formation professionnelle, avec les élèves de la promotion.

 

 

ENACR – Ecole nationale des arts du cirque
CNAC – Centre National des Arts du Cirque

(Informations indicatives, en attente de validation de la part de l’établissement)

Diplôme national supérieur professionnel (DNSP) d’artiste de cirque (depuis 2012)

 « Le Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne (Cnac) et l’Ecole nationale des arts du cirque de Rosny-sous-Bois (Enacr) se sont associés afin de construire un parcours pédagogique commun, permettant la délivrance du DNSP d’artiste de cirque en trois ans.
La première année de DNSP se déroule donc à l’Enacr à Rosny-sous-Bois et les deux suivantes au Cnac à Châlons-en-Champagne.

En amont de cette première année de DNSP, l’Enacr propose une année préparatoire supérieure.»

DURÉE : 3 à 5 ans
Il se déroule en deux cycles, le premier à l’Enacr et le second au Cnac :
Année 1 : Dnsp0 – année probatoire (Enacr),
Année 2 : Dnsp1 (Enacr),
Année 3 : Dnsp2 (Cnac),
Année 4 : Dnsp3 (Cnac),
Année 5 : Insertion professionnelle (Cnac).

CONDITIONS D’ADMISSION :
« L’admission en Dnsp0 est effective à l’issue d’une présélection (1 journée à l’Enacr de Rosny-sous-Bois), suivie d’un stage de sélection, au Cnac à Châlons-en-Champagne.
Dans un souci de cohérence pédagogique entre les deux établissements Rosny / Châlons, l’admission directe en Dnsp1 est envisageable, mais exceptionnelle. Cette possibilité reste à l’appréciation du jury de présélection qui peut en faire la proposition au(x) candidat(s) potentiellement admissible(s), dans la limite des places disponibles.
Peuvent se présenter au concours d’entrée les candidats dont l’âge minimum est de 16 ans et l’âge maximum est de 23 ans. Ces limites d’âge sont à considérer à la date d’entrée à la formation. Les candidats ne remplissant pas les conditions d’âge minimum et maximum peuvent déposer en même temps que leur dossier d’inscription une demande de dérogation auprès des directeurs des 2 établissements.»

COÛT ET FINANCEMENT ÉVENTUEL :  150 €/an pour l’année 2013 / 2014.

EFFECTIF PAR PROMOTION : une quinzaine.

PROFESSIONNELS INTERVENANTS: Mathieu Prawerman et Christian Laporte.

Quelques jongleurs passés par cette école : Clément Dazin, Julien Clément…

Membre de la Fédération européenne des écoles de cirque professionnelle (FEDEC)

Plus de précisions sur le DNSP : http://www.cnac.fr/media/documents/2012_Cursus_commun_Enacr_Cnac.pdf

Sites internet et localisation :
CNAC : http://www.cnac.fr/ à Châlons-en-Champagne
ENACR : http://www.enacr.com à Rosny-sous-Bois

 

ACADÉMIE FRATELLINI

(Informations validées par l’établissement)

CENTRE DE FORMATION SUPÉRIEUR AUX ART DU CIRQUE EN ALTERNANCE

DURÉE : 3 ans
« L’Académie Fratellini a été créée en 2003 pour porter le projet d’un centre de formation supérieure aux arts du cirque. Formation diplômante, le CFA conduit actuellement à l’obtention du Diplôme des Métiers d’Arts (Bac+2) et prochainement au Diplôme National Supérieur-cirque (Bac+3) en lien avec l’Université Paris 8. Le programme pédagogique est composé d’enseignements collectifs et individuels et accorde une large place à la recherche et à la création artistique. Formation en apprentissage, elle permet d’allier acquisition de connaissances et de compétences et mise en pratique lors des temps professionnels, dans le but de préparer à la réalité du métier d’artiste de cirque.»

CONDITIONS D’ADMISSION :
– être âgé de 16 à 25 ans
– être ressortissant européen ou avoir une autorisation de séjour habilitant à travailler en France
– avoir le baccalauréat ou un diplôme équivalent (niveau IV)
– avoir un niveau de pratique du cirque avancée (ou danse, sport, etc.)
– intérêt et motivation pour la recherche artistique sous toutes ses formes

Les candidats au CFA sont recrutés à l’issue de sélections en deux temps :
– présélection des candidats sur dossier
– auditions pendant 5 jours à l’Académie Fratellini

COÛT ET FINANCEMENT ÉVENTUEL : « Le candidat recruté signe un contrat d’apprentissage et est rémunéré pendant toute la durée de sa formation. »

EFFECTIF PAR PROMOTION : En 2013/2014 : 3e année > 6 apprentis / 2e année > 8 apprentis / 1ere année > 9 apprentis
Exemple pour 2014 : « Après une semaine d’auditions intenses, sur 132 candidatures et 41 pré-sélectionnés, 9 candidats sont admis en 1ère année pour la rentrée 2014 et 5 en classe de pré-apprentissage. »

PROFESSEURS RÉGULIERS EN JONGLAGE : Béné Borth, Antoni Klemm, Denis Paumier, et différents artistes en interventions ponctuelles et stages.

Quelques jongleurs passés par cette école : Malte Peter, Nicolas Longuechaud, Jonathan Lardillier, Jean-Baptiste Diot…

CLASSE D’ACCÈS À L’APPRENTISSAGE

« Dans le cadre du Dispositif d’Accès à l’Apprentissage, l’Académie Fratellini propose depuis septembre 2013 une classe préparatoire. Cette formation d’une année est destinée aux candidats qui souhaitent préparer leur entrée dans l’enseignement supérieur. La classe de pré apprentissage permet de se familiariser avec l’Académie tout en bénéficiant d’une formation d’excellence. »

Membre de la Fédération européenne des écoles de cirque professionnelle (FEDEC)

Plus d’informations dans le rapport d’activité : http://fr.calameo.com/read/003429111d9e638bdac84

Site internet

Situé à La Plaine Saint-Denis

 

ÉCOLE DU CIRQUE JULES VERNE

(Informations validées par l’établissement)

amiens

Ecole affiliée au Pôle National Cirque et Arts de la Rue d’Amiens. Il s’agit d’un centre régional de formation professionnel dont le coût annuel peut être pris en charge par le Conseil régional de Picardie.

FORMATION PRÉPARATOIRE AUX ARTS DU CIRQUE

« L’École du Cirque Jules Verne propose une préparation de qualité afin de permettre aux jeunes élèves d’intégrer des centres de formation artistiques issus de la FFEC et des écoles supérieures des arts du cirque tels que le CNAC, l’ESAC de Bruxelles et de Montréal ainsi que d’autres écoles européennes.»

DURÉE : 2 ans

CONDITIONS D’ADMISSION :
A partir de 16 ans
Sélection sur dossier, puis sur audition.

COÛT ET FINANCEMENT ÉVENTUEL : « Formation gratuite pour les élèves pris en charge par le Conseil régional de Picardie.
1500€/an pour les élèves non pris en charge ne pouvant pas s’inscrire à Pôle Emploi»

EFFECTIF PAR PROMOTION : 32

FORMATEUR POUR LA JONGLERIE : Thierry André

Plus d’infos dans le dossier de sélection

Habilitée par la Fédération Française des Ecoles de Cirque (FFEC) comme centre de formation

Site internet

Situé à Amiens

 

 

LIDO

Le Lido, Centre des Arts du Cirque de Toulouse: Promo 2013

(Informations indicatives, en attente de validation de la part de l’établissement)

FORMATION PROFESSIONNELLE D’ARTISTE DE CIRQUE

DURÉE : 2 ans + 1 année facultative d’insertion professionnelle
« La démarche pédagogique de l’école professionnelle est au service de l’artiste, à la recherche d’une signature et d’une authenticité artistique. Elle s’appuie sur les techniques de cirque et revisite le théâtre, la danse, les arts plastiques et toute autre forme créative susceptible d’influencer et d’enrichir les propositions artistiques de la scène contemporaine, sans perdre pour autant la spécificité du cirque. Le Lido privilégie l’écriture personnelle, la recherche d’un langage corporel propre au comédien de cirque. »

CONDITIONS D’ADMISSION : de 19 à 26 ans.
« Les dossiers donnent lieu à une présélection au vu des compétences techniques et artistiques. Les candidats retenus sont alors convoqués à une journée d’audition au mois d’avril, mai ou juin. A l’issue de ces journées, certains candidats seront convoqués pour participer à un stage de quatre jours. »

COÛT ET FINANCEMENT ÉVENTUEL : Formation gratuite.

EFFECTIF PAR PROMOTION : 15.

RÉFÉRENT JONGLAGE : Stéphane Fillion, Morgan Cosquer, et intervenants extérieurs ponctuels.

Plus d’infos dans le dossier de candidature

Quelques jongleurs passés par cette école : Guillaume Martinet, Mikel Ayala, Kerol, Morgan Cosquer…

Adhérente à la Fédération Européenne des Ecoles de Cirque (FEDEC).

Site internet

Situé à Toulouse

 

 

LOMME

(Informations indicatives, en attente de validation de la part de l’établissement)

 1 – FORMATION TECHNIQUE ET ARTISTIQUE PROFESSIONNELLE

DURÉE : 3 ans
« L’objectif est de pouvoir entrer dans le monde professionnel après trois ans de formation. Il est possible, à l’issue de celle-ci, d’effectuer un studio de création de 1 mois à 9 mois (sélection sur dossier).
L’accent est mis sur l’enseignement des techniques de cirque ainsi que sur les disciplines annexes (acrobatie, danse, jeu d’acteur), mais aussi sur les projets artistiques.
Tout au long du cursus, des occasions sont offertes de jouer devant le public lors de projets spécifiques ou lors des pistes ouvertes (spectacles devant public réalisés par l’ensemble des stagiaires). »

CONDITIONS D’ADMISSION : 17 ans minimum. Le candidat doit avoir fait un choix clair par rapport à sa technique de cirque.
La sélection se fait en 2 temps :
– 1 : Première étape de sélection de 3 jours, où les candidats sont évalués et notés en technique de cirque, présentation d’un numéro, tests physiques et entretien de motivation.
– 2 : A l’issu de la préselection, certains candidats seront invités à participer à un stage technique dans leur spécialité. Résultats donnés à l’issu du stage technique.

COÛT ET FINANCEMENT ÉVENTUEL : « Le coût de la formation est de 3 600 € pour la première année.
La formation artistique peut être prise en charge par la Région Nord/Pas de Calais suivant certaines conditions pour les deux années suivantes. Renseignements à prendre auprès du coordinateur du Centre Régional des Arts du Cirque. D’autres prises en charges sont possibles par le biais des régions d’origines des candidats, en étant suivi par un conseiller de mission locale.

EFFECTIF PAR PROMOTION : entre 8 à 12.

FORMATRICE POUR LE JONGLERIE : Gaëlle Bisellach-Roig

Plus d’infos dans le dossier d’admission.

 

 2 – FORMATION PRÉPARATOIRE AUX CONCOURS

 Durée : 1 an
« Cette formation aide en un an à préparer l’entrée des futurs artistes de cirque dans les grandes écoles mondiales comme l’Ecole nationale des arts du cirque de Rosny, le Centre National des Arts du Cirque de Chalons en Champagne et les écoles de Bruxelles, Londres, Montréal.
L’accent est mis sur le travail acrobatique, la préparation physique, la danse (classique et contemporaine) et le jeu d’acteur, en complément à la technique de cirque .
Tout au long du cursus, des occasions sont offertes de jouer devant le public lors de projets spécifiques ou lors des pistes ouvertes (spectacles devant public réalisés par l’ensemble des stagiaires).»

CONDITIONS D’ADMISSION : Le candidat doit avoir entre 17 ans et 22 ans. Suivant les écoles supérieures qu’il souhaite présenter, il doit être titulaire du BEPC ou du BAC.
La sélection se fait en 2 temps :
– 1 : Une première journée de présélection où les candidats seront évalués dans différentes matières.
– 2 : A l’issue de cette journée un certain nombre de candidats sont retenus pour passer les épreuves de sélections, sur les deux journées suivantes.

EFFECTIF PAR PROMOTION : entre 10 et 15.

COÛT ET FINANCEMENT ÉVENTUEL : « Le coût de la formation est de 3 300 € (en cas d’auto financement) / 3 600 € pour les stagiaires souhaitant passer le BIAC.
La formation « préparation aux concours » n’est pas prise en charge par la région Nord/Pas de Calais. Cependant certains stagiaires peuvent trouver un financement auprès de leur région d’origine. Renseignements à prendre auprès des missions locales.»

Plus d’infos dans le dossier d’admission.

Quelques jongleurs passés par cette école : Maxime Vanhove, Romain Verstraete, Thomas Hoetzel…

Habilitée par la Fédération Française des Ecoles de Cirque (FFEC) comme centre de formation professionnelle et adhérente à la Fédération Européenne des Ecoles de Cirque (FEDEC).

Site internet

Situé à Lomme

 

 

ECOLE DE CIRQUE DE LYON

(Informations validées par l’établissement)

FORMATION PRÉPARATOIRE AUX CONCOURS

 Durée : 2 ans
« La formation préparatoire aux arts du cirque a pour objectif de préparer les élèves aux concours des écoles de cirque nationales et internationales tout en accompagnant l’éclosion de personnalités artistiques singulières. La première année permettra de mettre en place un travail corporel et artistique régulier tout en créant des passerelles permanentes entre le corps, le jeu et le mouvement, avec des outils de transversalité comme les « Brouillonades » ou des temps d’ateliers croisés. Un travail de découverte et d’apprentissage des disciplines circassiennes sera mis en place. La deuxième année permettra à chaque élève de développer son parcours autour de sa spécialité (travail technique et de recherche) par une autonomisation dans le travail et un suivi individualisé, mais aussi de croiser sa technique de cirque avec sa personnalité artistique dans le but d’explorer son propre langage artistique. Chaque élève sera accompagné dans sa préparation des concours.»

CONDITIONS D’ADMISSION : Avoir entre 18 et 26. Obtention du BAC.
La sélection se fait via l’envoi d’un dossier d’inscription (25€), puis d’une journée d’audition (35€) pour les candidats pré-sélectionnés.

EFFECTIFS PAR PROMOTION : « Sur cette dernière promotion, nous avons reçu 150 dossiers et nous avons sélectionnées 65 candidats pour les sélections, pour enfin avoir une promotion de 12 élèves, dont 5 jongleurs. »

COÛT ET FINANCEMENT ÉVENTUEL : Gratuit, subventionnée par la Région Rhône Alpes.
Statut de stagiaire de la formation professionnelle non rémunéré.

Plus d’infos dans le dossier d’inscription

Formateurs pour le module jonglage pour 2014/2016 :
Référent du module : Olivier Burlaud (Cie Albatros), d’autres intervenants propose des master-class : Stéphane Fillon (Cie Lapsus), Julien Clément (Collectif Petit Travers)

Note : une enquête relative aux anciens élèves est à disposition

Quelques jongleurs passés par cette école : Stéphane Fillion, Neta Oren, Clément Dazin, Yann Frisch, Colas Rouanet, Paul Cretin, Bogdan Ilouz, Juliette Hulot, Martin Beauvarlet, Renaud Bauer…

Habilitée par la Fédération Française des Ecoles de Cirque (FFEC) comme centre de formation professionnelle et adhérente à la Fédération Européenne des Ecoles de Cirque (FEDEC).

 Site internet

Situé à Lyon

 

PISTE D’AZUR

(Informations indicatives, en attente de validation de la part de l’établissement)

FORMATION PROFESSIONNELLE ARTISTIQUE ET PRÉPARATION AUX CONCOURS D’ÉCOLES SUPÉRIEURES

DURÉE : 2 ans
«  La première année sera consacrée à un travail généraliste : amélioration de la préparation physique, confirmation d’une technique de cirque, préparation physique spécifique à cette technique, développement du potentiel artistique, amélioration du niveau acrobatique. Un court travail collectif artistique sera présenté lors du « Made in Cannes » (événement culturel de la ville de Cannes) et lors de la « Piste au Soleil ». La deuxième année permettra principalement de préciser l’évolution technique et artistique pour s’orienter vers un numéro de cirque ou un projet personnel. Une présentation collective artistique aura lieu lors de la « Piste au Soleil ».
Ce travail acquis permettra l’entrée dans une école supérieure de cirque.»

CONDITIONS D’ADMISSION :
Epreuve de sélection sur 2 jours.
« Nous évaluerons les capacités physiques, techniques et artistiques : préparation physique, acrobatie au sol, danse contemporaine, jeu d’acteur et technique de cirque. Nous procèderons d’autre part à des entretiens individuels afin de vérifier l’adéquation de la demande du candidat avec nos propositions de travail et de mesurer la motivation et l’intérêt du candidat pour cette formation et ce métier. »

COÛT ET FINANCEMENT ÉVENTUEL :
« Le statut est celui de «stagiaire de la formation professionnelle». A ce titre, neuf des douze stagiaires pourront bénéficié d’une rémunération. Une attestation de formation est délivrée à la fin du stage.
Le coût de la formation par année : 100€ de frais de dossier, 15 € d’adhésion à Piste d’Azur, 15,30 € de licence FFEC. Soit 130,30€ »

Plus d’infos dans le dossier d’admission

Habilitée par la Fédération Française des Ecoles de Cirque (FFEC) comme centre de formation professionnelle et adhérente à la Fédération Européenne des Ecoles de Cirque (FEDEC).

Site internet
Situé à Roquette sur Siagne

Quelques témoignages de jongleurs en cours de formation

Quelle école as-tu choisi, et qu’est-ce qui a guidé ton choix ?
« Le centre des arts du cirque balthazar, car mes professeurs de l’école amateur Reg’ARTS à Rodez me l’avaient conseillé. »
Es-tu content de ton choix ?
« Je suis plutôt content dans le sens où j’ai une structure et un cadre agréable de travail à disposition. Pour moi le principal point fort de cette école est l’ouverture au mouvement hip hop au sens large, cela comprends aussi le breakdance et autres différentes nouvelles vagues de mouvements. Il y a aussi moyen de mélanger les disciplines et de prendre des cours ailleurs pendant la formation si c’est en accord avec notre projet. (Ex : Je prends des cours de danse ailleurs pour nourrir mes mouvements jonglé ou non par la suite)
Les points faibles pour moi ce sont le reste de l’enseignement en danse et l’absence totale de professeur de jongle (ce qui ne me pose en réalité pas grand problème car j’en ai jamais eu..). »

Jonathan Bouhttps://www.youtube.com/channel/UC9csaKs6eFR7I0pZ6lPhCsg/videos

Quelle école as-tu choisi, et qu’est-ce qui a guidé ton choix ?
« J’ai choisi l’école de Piste d’Azur, en région PACA. Un ami jongleur de ma ville y était stagiaire et m’en a parlé en bien. J’ai participé aux sélections et entamme en ce moment la seconde et dernière année. »
Penses-tu continuer dans une autre école ensuite, ou directement essayer de devenir professionnelle ?
« C’est la question actuelle ! chouette de pouvoir en parler ! ! Je sens que j’ai besoin d’apprendre et d’avoir plus d’expérience. Me confronter à la scène le plus possible et tant que je suis en école tout m’est directement accessible…
Travailler de manière indépendante m’attire mais c’est encore trop tôt ! »
Es-tu contente de ton choix ?
« Je suis très heureuse de suivre cette formation d’artiste de cirque ! Le temps est réglé, routine de rythme. Toutes actions de vie tourne autours de la régularité, de la répétition.
Cette école est bien organisée, un peu stricte. Deux chapiteaux, une salle de spectacle, beaucoup d’espace, de matériel. Il y a de bons intervenants et « prof », la plupart artiste, en profession principale. »

Manon Poirier

Quelle école as-tu choisi, et qu’est-ce qui a guidé ton choix ?
« Ecole de cirque de Lyon, puis le Lido .C’est la direction artistique qu’ont ces deux écoles qui m’ont poussée à auditionner. »
Penses-tu continuer dans une autre école ensuite, ou directement essayer de devenir professionnelle ?
« Déjà deux ans de formation à Lyon, et là je repars pour deux ans au Lido… après, au boulot ! Mais clairement, après avoir fini Lyon(qui est une prépa) c’était Lido ou boulot ! »
Es-tu contente de ton choix ?
« Lido : Super contente, puis ce n’est pas qu’un choix, c’est une énorme opportunité d’être pris, vu le nombre de gens qui auditionnent! Points positifs : autonomie, possibilité d’explorer et de tester plein de directions de recherche, qualité de l’enseignement scénique. Points négatifs : manque de préparation physique pour ceux qui doivent se tenir en forme(plutôt les aériens quoi)en comparaisons avec une prépa ou d’autres écoles, moi personnellement, ça ne me dérange pas plus que ça. Ecole de cirque de Lyon : juste la meilleure école du monde, si on oublie le soucis d’espace, je la conseille à tous ! »

Mounâ

Quel a été ton parcours de formation ?
« J’ai commencer le cirque dans des petites écoles de cirque loisirs a Nantes Tilt et Lezard animée. Par la suite je suis allée en suisse pour suivre la formation artistique loisirs a l’école de cirque du cirqule, pendant un an. Apres je suis rentré en formation préparatoire a l’école de cirque de Lomme(Lille).
Ensuite n’ayant pas été prise en formation professionnelle, je suis resté une seconde année dans cette ecole en électron libre (accès au locaux et a certain cours). Puis je suis rentrée en 2eme année de formation a l’école de cirque de bordeaux. En sortant j’ai realisé mes projet et suis partie en tournée. Et enfin je suis retourné à l’école pour 2 ans de formation a l’école de cirque du lido (Toulouse). »
Quel conseil donnerais-tu à un jongleur qui cherche une école ?
« Il faut persévérer et travailler. Aller voir aussi le monde en dehors des écoles. »

Vicky Versarihttp://orteildorange.com

vicky
Vicky Versari – Photo : Thoum

En parallèle

Que ce soit en parallèle d’un cursus ou en remplacement, la plupart des jongleurs s’accordent sur le fait qu’il est important de s’ouvrir à des formations courtes, stages, etc. Que ce soit en jonglerie ou en discipline annexe (danse, musique, théâtre, etc.). N’hésitez donc pas à vous renseigner sur les formations qui existent.

La maison des jonglages, à la Courneuve, propose par exemple chaque année plusieurs stages, sur 2 ou 3 jours, souvent en partenariat avec l’Académie Fratellini. Ces stages tournent autour de la jonglerie, mais pas uniquement sur la technique pure. Ces stages sont toujours animés par des jongleurs pro (Stefan Sing, Morgan Cosquer, Eric Longequel, Sean Gandini, Cie Petit travers, Jeanne Mordoj, pour ce niter que quelques noms sur ces 3 dernières années). Ils sont ouvert à une quinzaine de personnes généralement. N’hésitez pas à regarder à chaque rentrée la programmation de l’année, et réservez rapidement, les stages sont parfois rapidement complets. Le site de la maison des jonglages (puis cliquez sur l’onglet « Formation »).

 

Devenir pro sans formation

Suivre un cursus dans une école pro n’est pas un passage obligé. Beaucoup de jongleurs connus et reconnus sont autodidacte, ou sont passés par des formations courtes. Ci-dessous le témoignage de quelques jongleurs dans ce cas de figure :

bebert
Photo Louise Verdier

Pourquoi avoir fait le choix de ne pas suivre de formation ?
« J’ai suivi des workshops en jonglerie, danse, mouvement, mime, performance, théâtre de rue, photo et clown. J’ai fait une université en arts du spectacle (danse, théâtre et cinéma), ainsi qu’une école de photo. Mais là où j’ai appris et j’apprends le plus c’est dans la rue, auprès du public. »
Avec le recul regrettes-tu ce choix ?
« Je ne regrette pas mes choix. Avec le recul, je trouve qu’un certain « formatage » est présent dans toutes les écoles.. Je n’étais pas fait pour l’école. Cela correspond à certaines personnes qui ont besoin d’être encadré, moi pas. C’est un avis très personnel et tout autant contestable. Il faut voir avec ses besoins et ses envies. La question reste toujours pourquoi on fait ce métier ? Moi j’ai trouvé ma réponse, à chacun de trouver la sienne. Donc pas de regret . »

Bertrand Caudevelle – Cie T’as pas dit balle – https://cietaspasditballe.wordpress.com

« A cause du formatage proposé par le système scolaire, je ne préfère pas parler de formation pour le système scolaire, une formation est très différente d’une scolarité. J’ai suivi de nombreuses formations. J’aurais le pain dans la bouche avec un diplôme mais je pense sincèrement qu’une formation autodidacte est bien plus riche et ses résultats sont généralement beaucoup plus particuliers. »

Anonyme

« J’ai commencé trop tard… je me suis formé par la suite avec quelques stages. Un conseil à donner ? Ne pas faire exclusivement de la jongle »

Fred, Cie POC http://www.compagniepoc.com

« J’étais trop vieux pour commencer une formation, mais plus que cela, ce sont les exemples autour de moi (et ailleurs) de jongleurs pro sans formation qui m’a convaincu que ce n’était pas nécessaire/obligatoire. »

Olivier Caignarthttp://gentlemanjongleur.com

« Le choix de ne pas suivre de formation s’est fait de lui même. A force de réflexion, il y a eu des moments ou j’ai eu envie de faire des ecoles. Mais au final quand je voyais le resultat j’etais deçu. c’est un peu plus compliqué que ça car c’est aussi lié a mon passé et à ma facon d’être. Je ne regrette pas ce choix, ça m’a permit de garder mon identité, mon rythme, autant dans le travail que dans la vie. »

André Hidalgohttps://www.youtube.com/user/pilOlip/videos

« Je n’ai pas eu l’occasion de suivre une formation, mais je le regrette. Il faut faire une école. Si ce n’est pour la jonglerie, au moins pour l’expression corporelle, le mouvement, la présence scénique, le réseau, etc. »

Anonyme

« J’ai commencé trop tard pour suivre une formation. Mais pas de regret : formation autodidacte et pluridisciplinaire, par des ateliers d’échange et des stages divers. »

Bruno Labouret, http://www.blabouret.eu

 

Changement d’orientation

Il peut aussi arriver de changer d’orientation au cours de sa carrière. Plusieurs jongleurs professionnels ont ensuite bifurqué vers la formation, par exemple. Voici le témoignage de l’un d’eux :

Quel a été ton parcours de formation ?
« Comme pas mal de jongleurs, les petits parcs, la rue…Puis la découverte des conventions avec Jonglissimo dans la ville où j’habitais…Ensuite le passage du Biac m’a fait rencontrer des personnes en cours de professionnalisation avec des niveaux bien supérieurs au mien et ça m’a donné envie…On m’a conseillé d’aller faire un tour à Toulouse car il y aurait un bon vivier de jongleurs par là bas et une belle énergie de création et de travail…J’y suis allé et j’y suis resté 5 ans,dont 4 ans passés à l’école du Lido…Quatre des meilleures années de ma vie ! »
Comment as-tu choisi les écoles ?
« On m’a dit du bien de Toulouse pour le jonglage en général…Et surtout beaucoup de bien du Lido comme école,je suis donc parti à Toulouse et hop j’ai passé les selections pour ce qui s’appellait à l’époque la « CP » (classe prépa) et j’ai été pris…Le début d’une nouvelle vie s’annonçait ! »
Qu’est-ce qui a motivé ton changement d’orientation ?
« Et bien c’est le cours de la vie tout simplement ! Je suis aussi musicien…Un jour j’ai eu deux enfants d’un coup (pas si étonnant pour un jongleur je me dis…). Du coup, beaucoup de choses ont changé ! Déjà quand je suis parti de Toulouse je n’ai pas retrouvé cette dynamique de boulot que j’aimais tant…Donc comme là où j’étais il y avait plus de musiciens et bien je jonglait un peu quand même mais j’ai surtout joué du saxophone. La musique a pris le dessus mais je jouais toujours mon spectacle solo de temps en temps. Quand mes enfants sont arrivés, plus le temps de jongler ! Je n’ai pas touché une massue une balle ou un diabolo pendant presque 6 ans (bon, si, il y a eu de tout petits moments quand même)…
Mais la vie ça bouge ! Depuis un an c’est reparti, je travaille même des choses que je ne faisais pas avant et j’ai retrouvé la motivation et le plaisir à jongler même tout seul, faire de la recherche, et surtout transmettre ! Aujourd’hui mon « métier » est de donner des cours de cirque….Je m’éclate…Je travaille actuellement sur des contenus pédagogiques pour donner des stages de jonglage très prochainement.
La musique je n’en fait presque plus en tant que professionnel, le cirque a repris le dessus et mes enfants je les ai même en cours…Elle est pas belle la vie, ses tournants et ses surprises ?! »
Quel conseil donnerais-tu à un jongleur qui cherche une école ?
« Déjà, avant de faire une école c’est pas mal d’attendre d’avoir un bon niveau technique car une fois en formation, si c’est à temps plein,et bien pas beaucoup de temps pour jongler ! Mais ça se trouve toujours…Je conseille Toulouse parce que c’est une ville que je connais et que j’ai pu y rencontrer beaucoup de super jongleurs pour partager ma passion…La richesse et la diversité des compagnies du coin est un point fort…Le lido une très bonne école mais on dirait que maintenant il faut avoir un sacré niveau pour pouvoir y entrer…Je ne suis pas bien au courant de la dynamique des autres écoles en fait mais il doit y avoir de bons intervenants partout ! En tous cas à Toulouse on peut dire que j’ai été gâté… »

Julien M. – Cie du Va-pied-nu(ex Cie du Caillou Fou), Cie le Filet d’air

 

Témoignages

Quelques témoignages de jongleurs pro, qui reviennent sur leur formation

Bogdan Illouz // Juggling 2014.

Quel a été ton parcours de formation ?
« -« Et vous trouvez ça drôle » Centre régional des arts du cirque de Lomme.
– Ecole de cirque de Lyon
– Centre des arts du cirque du Lido de Toulouse »
Comment as-tu choisi les écoles ?
« Et bien… je suis allé dans celles qui m’acceptaient aux concours déjà. Puis celles dans lesquels j’avais eu les meilleures impressions lors des sélections, et aussi celles dont la pédagogie me plaisait le plus. »
Avec le recul, penses-tu que c’était les bons choix ?
« C’était les bons choix oui. On est toujours déçus par certains aspects des formations, mais ces années étaient très riches. »
Quel conseil donnerais-tu à un jongleur qui cherche une école ?
« Documentez vous sur la pédagogie, demandez aux anciens élèves, et si possibles, allez voir l’école de vos propres yeux. »

Bogdan Illouz – https://www.youtube.com/user/Bogdiabz/videos

Quel a été ton parcours de formation ?
« Après avoir fréquenté le milieu ouvrier deux années consécutive je suis tout d’abord rentrée en formation « Prepa concours » au Centre Régional des Arts du Cirque de Lomme – CRAC – 1 an de formation.
Puis suivie de 3 années de Formation Professionnelle. »
Comment as-tu choisi les écoles ?
« Concernant la Prepa concours ce fut un peu du hasard – je ne connaissait pas grand chose a propos des écoles de cirque. Pour la formation pro : au vu de l’enseignement de qualité que propose le CRAC ainsi que la diversité des intervenants en Jonglerie mon choix fut rapide et simple. »
Avec le recul, penses-tu que c’était les bons choix ?
« Aucun reget, vraiment aucun »
Quel conseil donnerais-tu à un jongleur qui cherche une école ?
« Se renseigner sur les profs qui interviennent au seins de la structure – réfléchir à sa démarche artistique et voir si celle ci correspond aux « critères » de l’école »

Romain Verstraete – Compagnie du cirque improbable – http://massues.wix.com/cieducirqueimprobable

Quel a été ton parcours de formation ?
« 9 ans de cours loisirs et préparation aux écoles supérieures de cirque à l’EAP cirque nomade de boulogne billancourt.
2 ans de spécialisation à l’école VERSTRAETE CREATION studio de création Italo MEDINI.
3 ans de formation supérieure en arts du cirque à l’académie FRATELLINI »
Comment as-tu choisi les écoles ?
« Lieu, professeurs et l’envie de m’imprégner de certaines choses. J’ai suivi une formation sur Paris en partie pour rester dans un lieu ou je pouvais voir beaucoup de spectacles diffèrents et pousser ma culture plus loin. Et pour le jonglage le choix est allé très vite, DOCH ou FRATELLINI, car c’était les deux écoles où on me poussai à travailler tout mes objets (balles, anneaux, massues). »
Avec le recul, penses-tu que c’était les bons choix ?
« J’ai fait le bon choix malgré les difficultés qu’on peut rencontrer dans une école d’arts, dues aux changements qui s’opère chez le pratiquant pendant la formation. Je ne pouvais espérer meilleur parcours. »
Quel conseil donnerais-tu à un jongleur qui cherche une école ?
« D’aller voir!!! Communiquer est le propre du cirque et du jonglage alors aller parler aux professeurs, élèves et autres personnes reliées à l’école reste le meilleurs moyen de se faire une opinion. Et douter!! Remettre en cause ce que l’on sait pour ne jamais prendre les choses pour acquis. »

Jean-Baptiste Diotwww.jeanbaptistediot.com

Quel a été ton parcours de formation ?
« – 10 ans de pratique amateur : association de jongleurs, EJC…
– 1 an école préparatoire à l’école de cirque de Lyon
– 2 ans de formation professionnelle au Lido, Toulouse »
Comment as-tu choisi les écoles ?
« Lyon : parce que j’y habitais !
Toulouse : Parce que j’avais vu beaucoup de jongleurs dont le style me parlait sortir du Lido et parce que la démarche pédagogique globale de l’école m’intéressait. »
Quel conseil donnerais-tu à un jongleur qui cherche une école ?
« D’être curieux ! D’échanger avec d’autres jongleurs mais surtout (si possible) de se déplacer dans les écoles pour être vraiment au contact de ce qui s’y passe.
Mais je n’oublierai pas de dire qu’il y a des alternatives aux formations professionnelles, où les places sont chères et le contenu pas nécessairement adapté à tous les jongleurs. Par nature les jongleurs cultivent une certaine propension à l’isolement. Souvent narcissique, parfois autiste, le jongleur et SES méthodes de travail/recherche ne trouvent pas toujours place dans un « cadre » de formation. »

Stéphane Fillion – Cie Lapsus – http://www.cielapsus.com/ – Interview complète disponible ici

Carte de localisation des écoles

Et en dehors de la France ?

Ce dossier ne traite que des établissements en France, mais il y a évidemment moyen de se former, ou de compléter sa formation dans des établissements à l’étranger. Ce dossier sera prochainement complété avec des infos sur les écoles en Europe. Si vous même avez des renseignements sur le sujet, n’hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *